J’avais envisagé d’ appeler cette rubrique DOMOLOGIE, mais, je me suis aperçu en surfant sur internet que ce terme qui veut dire littéralement  » l’étude du lieux  » avait été déposé.

Quoi qu’il en soit cette nouvelle discipline associe la géobiologie, les ondes dues aux formes, les questions relatives à la mémoire des lieux. S’y ajoutent, les procédures de dépossession, d’aide aux entités et déliement de ce que l’on appelle communément les sortilèges (magie noire).

C’est pour beaucoup, le côté sulfureux de ce qui est nommé le paranormal. Le paranormal étant ce qui ne s’explique pas encore par la science moderne, malgré des approches de plus en plus tangibles par la physique Quantique, la Physique des Cordes…

Ce n’est pas parce que cela ne se voit pas ou parce que la science actuelle ne peut le prouver que cela n’existe pas…

J’utilise, pour essayer le plus simplement possible de « vulgariser ces phénomènes » et pour une meilleure compréhension, des informations tirées des travaux et ouvrages de Serge FRITZ ainsi que ma pratique.

Lorsque l’on pose à un occidental la question : quel est le contraire de la mort, il répond : la vie.
A la même question, l’oriental répond : la naissance.
Mort et naissance sont deux passages, qui donnent lieu à deux réalités de l’existence. Dans la culture orthodoxe pour exprimer le fait qu’une personne soit morte, on dit quelques fois qu’elle est née au ciel.

Tout cela pour signifier qu’en Occident, la désincarnation a été pendant longtemps coupée de l’idée d’une continuité de l’existence. Dans cette conception «la vie » se définissait par opposition  au néant.

L ‘Âme et le Corps

Au siècle dernier, notamment avec Alain Kardec, le spiritisme avait commencé à modifier cet état d’esprit en ouvrant l’Occident à une autre perception des choses. Depuis l’évolution a continué à se faire. Les innombrables témoignages de personnes ayant vécu des expériences de NDE, dont le docteur Moody publia un large recueil et l’arrivée du bouddhisme en Occident, ont ouvert les esprits à la réalité de l’après vie.

Les Maurois Gévaudan ont décrit leurs expériences de sortie du corps physique amorçant l’expérience d’une réalité extracorporelle.  C’est ainsi que les mentalités continuèrent d’évoluer vers une acceptation toute différente du monde matériel, mouvement accéléré par les prises de conscience des physiciens de pointe tel que Fitjof Capra ou David Böhm (notion de désenfouissement / enfouissement à partir d’un ordre préexistant).

Les Corps Energétiques

L’approche énergétique du fonctionnement humain permet de mieux appréhender ce domaine. Nous avons plusieurs corps : le corps physique, ethérique, astral, mental, causal, spirituel, divin. Leurs enveloppes s’emboîtent les unes dans les autres, à la manière des poupées russes. Chaque composante est détectable en radiesthésie par le nombre de battements du pendule par direction vibratoire. L’ensemble forme un cocon énergétique.

L’interdépendance de ces corps peut être expérimentée par tout un chacun par le constat des répercutions du psychisme sur  le physique. C’est le domaine du mal être et des maladies. Ainsi, les blessures  affectives (deuils, ruptures) s’inscrivent dans le corps astral  (celui des émotions et des désirs). Elles se répercutent dans le corps physique par une dévitalisation, pouvant aller jusqu’à la dépression.

Le mode de pensée (corps mental) conditionne également la santé du corps physique : bien dans sa tête, bien dans son corps. La  résolution des conflits  qui bloquent la circulation des énergies en dépend.  L’imaginaire, ces idées que l’on se fait, contribue à augmenter le stress par l’imagerie qu’il met en scène.  Le fameux Malade Imaginaire de Molière, ne se croit pas malade, mais se rend malade par son imagination.

Quant au corps causal, il enferme les individus dans une suite ininterrompue de réactions de cause à effet (karmas). Chaque individu le génère par son activisme. En l’absence d’un lâcher prise suffisant, les mêmes réactions provoquant les mêmes effets, l’individu se place dans un cercle vicieux. Son fonctionnement le cantonne  dans un schéma du passé. C’est précisément sur le terrain des attachements que se produisent les phénomènes de possession. Ils peuvent affecter aussi bien les lieux que les personnes.

La Mémoire des Lieux

Les vieilles pierres « respirent » la mémoire du passé. A la lumière des découvertes de la physique des particules, il apparaît clairement que «la matière» comporte en elle la trace des évènements du passé. Tout comme l’eau, elle se charge des fluides énergétiques et en conserve les informations «positives » ou «négatives ». Les amoureux des vieilles pierres le savent bien et s’y promènent en solitaire à l’écoute de ses voix du passé.  Mais tous les lieux ne « respirent » pas la même chose.

Comme chacun a pu le constater, il y a des intérieurs où l’on se sent bien et d’autres pas. Parfois, c’est une sensation étrange de présence allant jusqu’à des phénomènes physiques tels que des souffles d’air et des déplacements d’objets. Les animaux sont très sensibles à ces manifestations. Il n’est pas rare qu’ils dressent la tête au passage de quelque esprit vagabond et le suivent des yeux, paraissant regarder dans le vide…Les entités diminuent le niveau biotique d’une maison. Ils en affaiblissent les niveaux énergétiques et contribuent à instaurer un insidieux mal être.

Lorsque l’entité est une ancienne habitante des lieux, elle peut prendre ombrage des travaux de réaménagement et créer des difficultés de tout ordre pour les nouveaux venus, sans qu’ils sachent exactement ce qui leur arrive. Tout se passe alors comme si une force invisible contribuait à tout faire aller de travers. Dans ce cas, il ne faut pas chercher bien loin : une ou plusieurs entités sont incrustées dans les lieux. Un dégagement s’impose.

Les Désincarnés

Beaucoup de désincarnés n’ont pas conscience de leur nouvel état . Des noyés peuvent rester fixés à une planche de salut pendant des décennies. Des soldats morts dans un champ de bataille peuvent rester accrochés à leur fusil pendant des lustres. Leur mental est si fort que la conscience de leur nouvel état n’arrive pas à se faire.  Le désincarné se trouve en difficulté et erre au milieu d’un monde qui n’est plus le sien. Il arrive notamment dans le cas de morts brutales, que la conscience de la perte du corps physique ne puisse se faire..

Il faut des âmes charitables pour venir les dégager et leur faire prendre conscience qu’il est temps pour eux de suivre leur ange gardien dans la lumière. Le bouddhisme décrit cet état comme étant le bardo. L’illusion mentale y règne en maître absolu. Parfois l’attachement à la terre résulte d’un mode de vie convenant particulièrement à la personne. Ainsi les monastères sont remplis de l’âme des moines qui continuent à prier en paix. Il faut du temps aux âmes non préparées pour s’en dégager et entrer dans la claire lumière.

C’est la raison pour laquelle l’accompagnement des mourants  est aussi important. Ne pas l’occulter, c’est s’éviter bien des déboires aussi bien pour les « vivants » que pour les « morts ».

esprit-mort

Un exemple parmi d’autres : les Entités dans les Hôpitaux.
De très nombreuses entités non préparées à leur décès peuplent les hôpitaux et contribuent à en diminuer fortement le niveau biotique. Cet affaiblissement n’est pas sans lien direct avec les maladies iatrogènes dont on parle tant. De nombreuses infirmières témoignent en privé de ressentir clairement la présence de ces entités.

Toutes les personnes qui meurent à l’hôpital en état de conscience amoindrie par les tranquillisants ne peuvent pas, une fois passées de « l’autre côté », se rendre compte de ce qui leur arrive et errent sur place s’accrochant aux lieux et …aux personnes. Un hôpital d’une grande ville peut compter actuellement près de mille entités ! Les mesures d’hygiène auraient tout intérêt à concerner non seulement le plan physique, mais également le plan subtil par une aide à toutes ces âmes en difficulté.

La possession, origine méconnue de nombreuses pathologies et troubles psychiatriques

 
 

Esprits possessifs :

 
Un esprit possessif est une âme désincarnée dans des conditions particulières : morts brutales qui empêchent la prise de conscience de la perte du corps physique. Le désincarné se trouve en difficulté et erre au milieu d’un monde qui n’est plus le sien. Désemparé, il recherche de « l’énergie » pour se maintenir dans le bas astral…

 

Motivations :

 
Les motivations des esprits possessifs sont multiples : attachements affectifs, désir de vengeance, peur de l’enfer ou de retrouver leurs proches décédés, liés à une magie noire etc…
 

Les circonstances de la possession :

 
Lorsque les entités se collent sur des personnes ou les penètrent, c’est que celles-ci se trouvent en situation de fragilisation.  Les causes peuvent en être multiples : deuil, maladie, opération chirurgicale, usage de la drogue ou des alcools, pratiques énergétiques hasardeuses, recherches de pouvoirs occultes.

 

Les symptômes :

Sensation de ne pas être soi même. Sensation subite d’angoisse au niveau de la gorge ou du plexus solaire. Malaise subit, nausées, tremblements. Sentiment d’anxiété brutale. Frissons, « chair de poule », sensation d’être subitement glacé. Sensation de léger choc et dérèglement du rythme cardiaque.  Douleur sourde au niveau du coeur. Mal de tête soudain, vertiges. Pertes de mémoire. Difficultés à se concentrer. Sensation de faiblesse inhabituelle . Troubles de la vision, brûlure autour des yeux. Immense fatigue subite, malaise. Difficulté inhabituelle à se concentrer et à avoir des idées claires. Difficulté à s’exprimer… »Crises » de sommeil brutales et intenses, en plein milieu de journée. Insomnies soudaines et inexpliquées. Humeur instable. Voix intérieures. Modification subite de la personnalité. Comportements contradictoires et impulsifs. Baisse anormale des énergies, apathie, maladies. Dépendances aux drogues, alcool inclut. Acquisition soudaine de capacités nouvelles.

maison hantée Maisons « Hantées »

 
Lorsqu’à l’instant du décès, les individus qui n’ont pas réglé leurs comptes et ne sont pas en paix avec eux mêmes, au lieu “de monter” dans la lumière, restent “collés ” dans le bas astral. On les trouve de la sorte « squattant » de vieilles bâtisses et même dans des maisons récentes construites sur d’anciens cimetières ou sur des terrains ayant connu des massacres. Souvent les entités se trouvent dans des lieux où elles ont vécu ou bien dans des endroits où elles ont été victimes d’un assassinat. Elles se regroupent aussi dans des lieux au niveau biotique trés bas dus par exemple à des problémes géobiologiques. Ces endroits faiblement vibratoires semblent propices a l’accueil des entités dites errantes

Aussi, lorsque des entités sont présentes dans un lieu de vie, elles diminuent sensiblement son niveau biotique. Elles en perturbent les circuits énergétiques et contribuent à instaurer chez les habitants un insidieux mal être et parfois des phénomènes fort curieux .

D’autres présences dans des lieux de vie peuvent être le faît de magie noire associée à ces entités (nécromancie) avec volonté de perturber plus ou moins fortement les habitants ou les lieux.
 

Symptômes :

 
Bruits de pas, objets déplacés, courant d’air, frôlements, craquements, sensation de présences, phénomènes d’apparitions, événements en série.

La libération des entités sur des lieux ou en une personnes est nécessaire. Les esprits possessifs sont avant tout des âmes en difficulté. Il n’est donc pas question comme dans certaines traditions religieuses pourtant vouées à l’amour , de les faire partir, comme des ennemis. Bien au contraire la démarche de dégagement à un double objectif :
· libérer les lieux ou une personne pour  remonter leur niveau énergétique et assurer une meilleure santé à ses habitants.
· aider l’entité à se détacher du plan terrestre et monter vers la lumière.

Cette démarche s’assimile à l’accompagnement des mourants. Il est important de réconforter et d’orienter l’âme en partance ou en errance. La dépossession est donc une démarche d’amour et d’autonomisation du possédé. Il s’agit de défaire un lien de dépendance affective. La libération ne signifie pas la coupure du dialogue, mais l’instauration ou la restauration de la liberté d’évolution aussi bien pour le possédé que pour l’esprit possessif. Libéré une personne d’une entité possésive c’est ouvrir cette personne à la guérison enfin possible.